Compte rendu de notre expédition en Indonésie Novembre 2018

« Ca restera l’un des plus grand souvenir de ma vie »  Laurent

Voilà qui résume cette expédition incroyable qui se termine… mais je vais essayer de vous condenser ces 10 jours d’aventure hors de tout.

Rendez vous le 9 Novembre à 6h00 à Roissy CDG pour Greg, Laurent, Xavier et Eléonore.
La « team HPA » au départ de Paris est au complet, mais un 5ème compagnon belge nous rejoint à Singapour.

sac hpa etanche expedition aventure jungle survie

 

vol international qatar airways super confort aventure explorateur aventurier

On atterrit enfin à Singapour après environ 13h de vol. Petit transfert à Doha, la capitale du Qatar et on enchaine avec un second vol direction Singapour.

Voyager auprès d’une grande compagnie, c’est la garantie d’arriver frais et dispo dès les premiers pas en terre inconnue.l. On retrouve Vincent, notre aventurier belge qui est arrivé la veille.

 

sindo ferry anambas expedition jungle tropical primaire

 

La course commence… un premier taxi et nous voilà dans un des port de Singapour pour un premier ferry de 2h.

 

 

 

Le dépaysement se fait de plus en plus sentir… Le transfert suivant au milieu d’un archipel indonésien nous emmène sur une autre planète.

La circulation en scooter est incroyable, ça fourmille. Les rues remplies d’échoppes d’un autre temps nous transportent, mais nous voilà déjà sur l’aéroport suivant pour un vol intérieur à bord d’un vieux Dornier.

Le vol est de courte durée et un dernier transfert en navette avant de prendre un speedboat privé… ouf nous y sommes presque!!

ile deserte the island koh lanta survie extreme naufragé team building2h de speedboat annoncés… Une arrivée nocturne et une mer capricieuse en décideront autrement. Ce sera 3h dans un tout petit bateau sur une mer très agitée, sans autre moyen de navigation que la vue. Nous mettons pied dans la mer de Chine à quelques mètres de la plage vers 20h00.

Nous n’avons que peu de visuel de ce qui nous entoure mis à part les serpents marins qui sillonnent à nos pieds. Heureusement je connais bien la zone et je sais où nous pouvons monter nos hamacs pour la première nuit.

Nous dormons bien, notre sommeil est bercé par les bruits de la jungle, sons inhabituels pour les participants, et nous entendons les varans tout proches qui semblent curieux de notre présence. Les flying fox (chauve souris géantes) tournent au dessus de nos têtes.

Nous nous réveillons après une bonne nuit et profitons de la vue incroyable sur cette île qui semble énorme et tellement dense… Première rencontre visuelle avec notre voisin, le varan, qui nous occupera une grosse partie de la semaine.

La première journée tournera autour de la mise en place de nos besoins primaires: abri, chaleur, eau, sécurité. Nous sommes en pleine saison des pluies et pourtant pas un nuage à l’horizon. J’ai prévu un tout petit stock d’eau de sécurité heureusement. Nous trouvons des crabes de coco, poissons, poulpes… Les jours se succèdent et la nourriture ne sera jamais une inquiétude.

observation dragons komodo

Nos voisins les varans sont curieux, très curieux, ils se rapprochent, deviennent téméraires et se montrent agressifs. Lors de mon dernier séjour ils étaient peu nombreux, ils semblent s’être reproduits de façon exponentielle. Peut être manquent-ils de nourriture. Au 3ème jour, ils nous encerclent, ils nous ont clairement pris pour cible.  Ils sont intelligents, étonnamment intelligents, et patients. Ils attendent la nuit pour venir tourner autour de nous. Vincent se fait charger à la tombée de la nuit, on entend la charge du varan de plus de 2m de long. Nos cris et lampes frontales le stoppent net à 40cm de Vincent.

Nous terminons la nuit sur la plage, à entretenir le feu et nous faire dévorer par les puces de sable. Nous finirons par trouver la solution en improvisant un promontoire et en montant les hamacs à 3m du sol. Nous n’avons heureusement pas rencontré le prédateur naturel du varan, le constricteur local (un python réticulé?) qui avale les varans entiers.

Le problème de l’eau devient critique au 3ème jour. Saison des pluies, la météo  annonçait 23h de pluie par jour et nous n’avons pas vu une goutte… nous nous rationnons et complétons avec quelques coco. Greg finit par venir nous ravitailler, et apporte avec lui la pluie. Nous profitons de sa visite et de la petite quantité de riz qu’il apporte pour préparer un risotto de poulpe !

Côté plongée et pêche ça a été une semaine de bonheur! Des fonds marins merveilleux et riches. La présence de petits requins, des pointes noirs, suffisamment gros pour être impressionnants quand même!

Nous avons nagé, plongé, péché, chassé, et profité à 200% de la « fraicheur » de l’eau.

Nous décidons plus tard de faire le tour de l’île par marée basse et de visiter la mangrove. Laurent et Xavier son enthousiastes. Entre les serpents et les murènes, nous avons de la compagnie…

 

Les coraux sont un peu différents et les habitants également. Les racines diminuent la visibilité à longue distance. Nous restons extrêmement prudents sur nos déplacements.

 

On décide également de construire un radeau de fortune. En recyclant les bouteilles plastiques qui jonchent le sol, nous faisons 2 flotteurs. Cette structure nous servira de plateforme de pêche quand on s’éloigne du bord, de fixation pour nos lignes de fond et nos nasses.

 

 

Côté sécurité, nous ne nous déplaçons pas sans être au minimum en binôme, armé d’une lance ou d’un bâton et d’un sifflet. Les varans restent proches et les dangers sont multiples.

 

 

 

 

On commence à avoir trouvé nos repères, à stocker de l’eau régulièrement en profitant des averses, à avoir de la nourriture en abondance. Nos journées se rythment entre tartinage de crème solaire, pêche, balade, amélioration du camp… mais il faut déjà repartir.

 

J’utilise ma firecard solar brother et je pyrograve une planche pour nous faire quelques photos souvenirs.

On reçoit la visite de pêcheurs et nous en profitons pour faire un tour de pirogue. Vincent arrive même à troquer ses palmes contre une superbe machette locale.

Le retour s’annonce compliqué, des tempêtes compliquent notre extraction et c’est un wooden boat qui vient nous récupérer. Un dernier tour en pirogue, et nous voilà parti pour 3h très agitées. Je n’ai pas beaucoup d’angoisses, mais là j’avoue ne pas avoir été sereine DU TOUT !

 

L’aventure est loin d’être finie puisque nous rejoignons Greg qui nous fait découvrir la vie locale, ses petits marchés, ses curiosité, son temple et les resto incontournables. Un village loin de tout… 12h à Tarempa puis 24h à Singapour, et nous mettons déjà le pied en France, avec des rêves plein les yeux !!

 

Merci de nous suivre:
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram